Groupe et transe

Publié par Michel Nachez le

Comme expliqué précédemment, je suis tombé sur les Postures de Transe par hasard. La chose qui m'est très vite apparue lorsque j'ai lu le livre, c'est que Felicitas Goodmann travaillait toujours avec des groupes de personnes. Au début elle expérimentait avec ses étudiants à l'Université et aussi chez elle. Personnellement, je sais que dans les groupes les personnes s'inter-influencent. La transe en plus augmente la suggestibilité. Je me suis donc dit que pour vérifier si le discours de Goodmann était correct, juste vérifier que posture + tambour mettait en transe (pas vérifier le discours), alors je devais utiliser la procédure sur des personnes seules et isolées qui ne connaissaient rien à cela. Ce que j'ai fait dans le cadre de ma thèse en ethnologie sur les états de conscience non ordinaires. J'ai trouvé 10 sujets, je l'ai isolés, mis dans les postures sans rien expliquer et rien dire, juste qu'il s'agissait d'une expérimentation pour ma thèse. Et là, j'ai pu constater que les personnes entraient dans un état de conscience autre. J'avais un electroencéphalographe et j'ai réussi à enregistrer certaines séances (quand l'appareil voulait bien marcher...). Les EEG étaient clairs : les sujets entraient bien en transe. J'ai eu 10 sujets et j'ai effectué en tout une centaine de séances pour explorer la question. Les résultats ont dépassé mes attentes. Les effets sur certains sujets ont été bluffants. A tel point que j'ai décidé d'utiliser cette technique sur des clients pour combattre le stress et la dépression principalement. Parce que ce qui est intéressant avec ces techniques chamaniques, c'est qu'elles sont universelles mais aussi très bien adaptables à notre société urbaine.

Partager ce message



← Message plus ancien Message plus récent →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.