Voyage dans le monde d’en bas (1) : la posture jivaro

    

11 : terre cuite de Ursula Straub, Berne, Suisse.[1]

Figure ‎VIII-21 : posture de voyage (origine : Amérique du Sud)


Tout d’abord, il faut préciser ici qu’il n’y a pas de connotation négative dans ce « monde d’en bas » par rapport au « monde d’en haut ». Monde d’en haut et monde d’en bas sont des lieux avec des caractéristiques différentes et complémentaires. Il y a là plutôt une différenciation de localisation et d’éléments : le monde d’en haut correspond aux éléments air et éther, le monde d’en bas correspond aux éléments terre, eau et feu. Dans le monde d’en bas, il y a des paysages, des végétaux, des animaux, des symboles et aussi le monde des morts — non pas enfer ou purgatoire, mais demeure des esprits des ancêtres. Monde d’en haut et monde d’en bas sont, dans les cultures chamaniques, des lieux où sont donnés les différents aspects des initiations et des enseignements (par exemple Nungari, la partie du monde d’en bas où le chaman aborigène apprend les secrets de l’art de guérir).

Voici le récit de Joseph (Cuyamungue, 1986) :

« Je me suis enfoncé dans la montagne, puis j’ai été la montagne. J’étais un volcan éteint et je me chargeais en énergie. J’ai ensuite éclaté et je suis sorti sous forme d’énergie rouge. Puis, je me suis de nouveau retrouvé dans la montagne. Et là je dansais, toujours plus vite et le rythme du hochet s’accélérait aussi. Je devais faire attention où je dansais pour ne plus retomber dans le volcan. »[2]

 

[1] Source Goodman. Terre cuite créé par Ursula Straub. Posture découverte par Michael Harner en Amérique du Sud, Équateur, chez les Jivaro.

[2] Felicitas Goodman, Wo die Geister auf den Winden reiten, p. 124.


Articles Récents

Enquête sur les maisons hantées

Vaste thème qui a été amplement traité par la littérature depuis des lustres… Passionné par tout ce qui sort des cadres, je me suis toujours intéressé aux mystères… C’est en...

En savoir plus

Laissez un commentaire

Ce blog est modéré