Cette posture induit une sorte de voyage chamanique.

10 : chaman lapon (Sami) (d’après Scheffer, Magicus Sacer der Lappen, 1673 (Oppitz, 1981, 275))

Figure ‎VIII-22 : posture de voyage sami (origine : Laponie)


Barbara (1985, Cuyamungue) : « Dès que j’ai pris la posture, les images sont arrivées avant même que le rythme commence. J’étais dans un paysage magnifique. Devant moi il y avait un mur avec une maison en adobe avec une porte. De cette porte est sorti un insecte noir, puis un deuxième. Puis une antilope, et plein de gens à la peau foncée (...). Tout à coup arrive un personnage très lumineux. J’ai peur et il disparaît. Je regarde en hauteur et au-dessus de moi il y a une magnifique ouverture dans le ciel. »[1]

Le thème de l’eau revient souvent :

Claudia (Utrecht, 1987) : « Ma tête est devenue très lourde, comme s’il y avait beaucoup de sang à l’intérieur et la respiration est devenue difficile. Je suis devenue un poisson ou un squale, grand et massif, et je nageais dans l’océan. Avant, j’ai vu une cascade avec des saumons. J’avais du feu dans les mains, mais en fait je n’avais pas de mains, elles étaient complètement déformées. »[2]

 

[1] Ibid., pp. 118-119.

[2] Ibid., p. 119.