AA4ac Technologies du son : les programmes audio

Après avoir vu les aspects les moins « technologiques » du techno-chamanisme, nous allons à présent y entrer de plein pieds avec les technologies audio. Car ce qui fait le techno-chamanisme, c’est beaucoup l’utilisation des moyens et machines que l’Occident a conçus. Ces technologies sont parfaites en précision et en rigueur pour tout ce qui est de l’ordre du rythme, du son, de la lumière, de l’image, ou encore de l’influx électromagnétique.

Ces outils que je vais vous décrire maintenant sont nos techniques, les moyens les plus spécifiques à nous, Occidentaux, pour induire et vivre des ENOCs.

Nous avons vu plus haut que la déprivation sensorielle, donc l’abolition de stimuli concernant les sens, était une des clés ouvrant aux ENOCs.

L’application délibérée et précise de certains stimuli sensoriels en est une autre.

Commençons par l’ouïe.

De toute antiquité, l’un des moyens majeurs utilisés par les cultures traditionnelles pour induire l’ENOC utilise précisément le son, le rythme, la musique, ou/et la voix, tous éléments concernant le sens auditif.

Voilà qui vous est certainement familier : il existe sur le marché, et depuis longtemps, nombre de CDs de relaxation et de visualisation. Il y a de très bons produits, il y en a de moyens, il y en a de très médiocres.

Souvent ces programmes audio sont faits pour être écoutés les yeux fermés, en étant dans une posture physique confortable, avec les écouteurs sur les oreilles et donc en se mettant en retrait du monde extérieur. De ce fait, les quatre autres sens sont plus ou moins en état de déprivation : ni la vue, ni le toucher, ni le goût, ni l’odorat ne sont sollicités et toute l’attention est portée sur ce que l’ouïe réceptionne. Souvent même, pour améliorer la déprivation des quatre autres sens, le programme audio commence par une relaxation. Celle-ci permet d’entrer dans un état de transe confortable, de nature hypnotique, qui ouvre la voie à la finalité du programme : onirisme, visualisation, « voyage » mental, découverte d’autres « vies ». Ou encore des expériences de type chamanique comme, par exemple, le fait de chercher à comprendre/sentir « de l’intérieur » le vécu de différents animaux…

Les bons programmes audio, ceux qui sont à la pointe des connaissances actuelles sur le fonctionnement du cerveau, sont créés avec des moyens technologiques sophistiqués : synthétiseurs de sons, ordinateurs, générateurs d’effets spéciaux, boîtes à rythmes, tables de mixages. Ils exigent donc une bonne maîtrise de ces appareils, et en plus, une solide connaissance du pouvoir des sons sur les états de conscience - et pas seulement sur les états de conscience, mais aussi sur la santé psychologique, ce qui a été bien mis en évidence par la moderne musicothérapie - (qui ne s’est pas surpris, un jour, à ressentir de la tristesse après l’audition prolongée d’une musique de relaxation maladroitement conçue !) .

Lorsque la parole en fait partie, ces programmes audio demandent également une utilisation judicieuse des symboles et des images évoqués par la voix. Ils nécessitent par ailleurs une grande précision dans l’occupation de l’espace sonore par les différents stimuli : voix, musique, sons binauraux s’il y a lieu.

Passons rapidement en revue ces différentes techniques et leurs effets :

Les sons binauraux

C’est l’« HemiSync » découvert par Robert Monroe.

Les sons binauraux, ce sont des sons comportant des fréquences spécifiques pour chaque oreille : une oreille reçoit un signal sonore, mesuré en Hz, légèrement différent de celui qui est perçu par l’autre oreille. Par exemple : une oreille reçoit un son à la fréquence de 100 Hz et l’autre à la fréquence de 120 Hz – un tel son binaural est à 20 Hz.

Les sons binauraux : principe

Les sons binauraux : principeLes sons binauraux : principe

Avec les sons binauraux, on a pu constater grâce à l’EEG un effet FFR (frequence following reaction) que j’ai évoqué plus haut : le cerveau tend à s’aligner sur cette différence dans les fréquences reçues par chaque oreille et à produire des ondes cérébrales correspondantes, et cela dans les deux hémisphères. Les sons binauraux ont donc pour propriété de faciliter la synchronisation des deux hémisphères cérébraux. Souvenons-nous que, chez la plupart des Occidentaux, l’hémisphère gauche est dominant. Or, quand un hémisphère est dominant, c’est au détriment de l’autre. C’est un peu comme de sautiller sur un seul pied, alors qu’on pourrait magnifiquement danser sur les deux : il y a des manques, des faiblesses, des rigidités, des douleurs. Rappelons que la synchronisation des deux hémisphères crée une harmonie entre le rationnel et l’intuition, entre la raison et l’émotion… De ce fait, l’utilisation judicieuse des sons binauraux contribue à un bien meilleur équilibre psychomental que quand les hémisphères sont asynchrones.

Il est évident que, pour utiliser judicieusement les sons binauraux dans les CDs audio, la plus grande précision est nécessaire. Des sons binauraux dans le registre de l’Alpha sont à privilégier lorsque l’on cherche à stimuler l’imagination, la visualisation ou la créativité, par exemple. Dans le registre du Thêta, il s’agira davantage de concentration, de méditation, de bien-être et de l’amélioration de la santé. Mais ici rien n’est aussi simple, car c’est en mêlant judicieusement les différentes fréquences binaurales que l’on obtiendra les résultats les mieux ciblés : c’est ce que font les meilleurs CDs audio comportant des sons binauraux. De judicieux mélanges dans les registres Alpha, Thêta, Delta peuvent permettre de vivre des ENOCs étonnants…

Le rythme

Lui aussi, se compte en Hz. Dans les cultures chamaniques, le tambour est l’instrument le plus utilisé pour provoquer les transes du chaman. De même, dans les programmes audio, le rythme est très important : c’est même un des atouts majeurs de leur efficacité. Aujourd’hui, les ordinateurs permettent une absolue rigueur dans la fréquence des battements rythmés. Comme c’est le cas pour les sons binauraux, le rythme lui aussi, de par la FFR, induit une réponse du cerveau synchronisant ses hémisphères sur la fréquence utilisée.

Les types de sonorités

Elles non plus ne sont pas indifférentes. Les différents types de sonorités (grave, aigu, sourd, clair, épais, gras, chuintant, tournant, etc…) peuvent avoir un impact sur vos émotions, peuvent éveiller en vous des résurgences anciennes, des sentiments, des ressentis… Certaines personnes se hérissent à l’audition de certains types de sons, d’autres s’en extasient. Ce n’est pas pour rien que les Tibétains utilisent des trompes ou des cymbales ; ou que le chamanisme prend les tambours ou les gongs ; ou que des ethnies chantent des mélopées vocales avec des timbres différents, « throat singing » ou chant harmonique (Dans ces deux techniques vocales, le chanteur produit plusieurs notes simultanément : la note fondamentale et une ou plusieurs harmoniques. Cela donne un chant particulier, principalement utilisé par les Mongols, les Tibétains et les Sami (c’est-à-dire les Lapons) et des peuples d’Asie Centrale)

On sait bien que le son du battement du cœur humain éveille souvent des émotions, ou que le chant des cétacés peut faciliter l’accès à des sentiments de plénitude océanique. De même les vagues, le vent, la pluie, la tempête, l’orage, sont des sons primordiaux « chargés » sur le plan émotionnel. Les chants d’oiseaux évoquent la campagne, les stridulations des grillons ramènent au souvenir les beaux soirs d’été que l’on a vécus, les sons de la jungle sont évocateurs des aventures exotiques que l’on s’est imaginé vivre dans des rêveries adolescentes… Ces types de sons et bien d’autres peuvent être utilisés dans les bons programmes audio pour faciliter des ENOCs.

Les modernes synthétiseurs de sons permettent maintenant de créer des sonorités extrêmement précises en fonction des ENOCs recherchés : par exemple expansion ou concentration du champ de conscience. Là encore, une solide connaissance de l’effet des sonorités est indispensable aux bons programmes audio visant des ENOCs.

La musique

Le dicton en dit qu’« elle adoucit les mœurs ». Mais la musique fait bien plus que cela :

  • Elle vous rend gai ou triste, nostalgique ou dynamique
  • Elle vous ouvre aux grands espaces, à la spiritualité
  • Elle peut éveiller vos instincts fondamentaux
  • Elle résonne dans votre corps et peut vous faire vibrer à un niveau de subtilité insoupçonnée – et jusqu’au niveau cellulaire
  • Elle peut influencer votre attitude, vos mouvements, votre physiologie et aussi la production de neurotransmetteurs par votre organisme
  • Elle agit sur votre état de conscience – ce que vous avez sans doute déjà eu l’occasion d’expérimenter : certaines musiques vous ont déjà donné beaucoup de plaisir, fait voguer dans l’imaginaire, éveillé en vous des souvenirs, des désirs ; d’autres, plus malencontreusement, vous ont déprime, attristé…

Les instruments qui jouent la musique peuvent être ces sons primordiaux déjà évoqués retravaillés sur des machines appelées échantillonneurs : bruits physiologiques, chants de cétacés, « chants » des planètes du système solaire enregistrés par la célèbre sonde Voyager de la NASA, chant grégorien, bruits d’eau, par exemple. Techno-chamanisme, toujours…

La musique, dans les programmes audio de qualité, est spécialement étudiée pour fasciner le Conscient, émouvoir les couches profondes et faciliter ainsi l’accès à des ressentis ou à des visualisations ciblées, d’autant plus efficaces qu’elles s’opèrent en ENOC.

La voix

Tous les programmes audio ne nécessitent pas la présence de la voix. Par exemple, pour parvenir à un état de conscience d’intense concentration, la voix serait même inadéquate (dans ce cas, ce sont des sons binauraux seuls qui obtiendront l’effet voulu). Mais la voix a un intérêt extrême dans la mesure où elle peut induire une transe de type auto-hypnotique, laquelle est une voie royale pour accéder aux ENOCs.

La voix a en effet un très grand pouvoir : le ton de la voix de quelqu’un qui vous hèle peut, par exemple, instantanément changer votre état d’esprit, vous mettre en colère ou vous faire sourire. Dans les cérémonies chamaniques, la voix du chaman a un énorme impact pour permettre aux participants d’entrer en ENOC.

Il existe une technique de guérison chamanique qui, de prime abord, semble assez étrange : deux chamans prennent le malade chacun par un bras et, tout en marchant, ils lui racontent une histoire métaphorique différente dans chaque oreille ! Faut-il s’étonner de cela ? Mais non : une histoire s’adresse à l’hémisphère cérébral gauche et l’autre au droit. Nous sommes là devant le pouvoir de la voix, pour la mise au travail simultané des deux hémisphères cérébraux (synchronisation) ou pour l’activation plus spécifique d’un des deux hémisphères. Ceci peut être extrêmement utile pour résoudre certains problèmes psychologiques. Avec cette technique il y a un brouillage du mental conscient qui ne peut pas de façon prolongée suivre les deux récits simultanés : il lâche prise rapidement et permet alors la mise en place de l’ENOC. Le chamanisme utilisait ainsi empiriquement cette technique bien avant que la science occidentale ne mette à jour les spécificités des deux hémisphères du cerveau.

Dans les programmes audio, la voix est là pour vous aider, vous guider, vous permettre de visualiser ou de vous soigner. Elle peut aussi vous faire expérimenter des sensations très inhabituelles : légèreté, lourdeur ou rigidité du corps ; imprégnation dans d’autres aspects du monde : minéral, végétal, animal ; recherche sur soi, activation de symboles ou d’archétypes, autres « vies », voyage chamanique, rencontres particulières…

La voix est alors comme la rampe de lancement qui permet à l’ENOC de s’enclencher.

Faciliter des ENOCS – rêve lucide, OBE…

Les bons programmes audio comportent plusieurs ou tous les éléments qui viennent d’être mentionnés : musiques, rythmes, voix, sonorités spécifiques, symboles et métaphores, sons binauraux – d’ailleurs, lorsque le but du programme est de vous faciliter l’accès à des ENOCs, la présence de sons binauraux est souvent très utile à cause de la réponse FFR du cerveau. Avec cette technologie audio, vous pouvez développer votre capacité à entrer dans des ENOCs : connaître l’OBE, savoir rêver lucide, savoir vous auto-hypnotiser, entrer en transe…

On voit donc bien en quoi les technologies du son créées par l’Occident viennent se mettre au service du néo-chaman…