Michel Nachez : Biographie

Après avoir terminé mon Doctorat d'Ethnologie, j'ai enseigné pendant 20 ans à l'Institut d'Ethnologie de Strasbourg, de 1999 à 2019.

J'ai enseigné l'anthropologie de la transe et l’anthropologie des communautés virtuelles.

J'ai également aidé de nombreux étudiants à maîtriser l'outil informatique.

Ma  thèse a porté sur les États Non Ordinaire de Conscience. J'ai obtenu ma thèse en 1999.

Bien avant cela, j'ai fait quelques années de psychologie à l'Université de Strasbourg où j'ai eu la possibilité de me familiariser avec la psychanalyse freudienne et Lacanienne. Mais parallèlement à cela, j'ai aussi étudié les travaux de Wilhelm Reich sur l'Orgone et j'ai approfondi mes connaissances des travaux de Carl Gustav Jung.

C'est ainsi que j'ai découvert ses travaux sur l'Alchimie et quelques années plus tard, j'ai étudié l'alchimie végétale avec les Philosophes de la Nature. Je suis donc passé de la théorie à la pratique : j'ai monté mon propre laboratoire et j'ai ainsi pu apprendre à créer mes propres élixirs alchimiques.

Pendant ces années d'études de la psychologie à l'Université, curieux de tout et passionné depuis longtemps par le Bouddhisme, j'ai assidûment fréquenté le Dojo Zen de Strasbourg fondé par Taisen Deshimaru. Ce fut une période d'excitation  et de méditation. Le Zen est très inspirant.

Parallèlement à cela, lorsque je suis entré à la Faculté de Psychologie, je me suis engagé à explorer l'esprit humain. C'est ainsi que j'ai expérimenté les substances psychédéliques qui m'ont fait comprendre bien des choses et qui m'ont ouvert les yeux et l'esprit sur la nature de l'univers. En effet, une extase psychédélique implique la dissolution de son ego et alors toutes les perceptions s'en trouvent affectées. Ainsi j'ai pu expérimenter l'Un en Tout et le Tout en Un et intégrer les discours de la Philosophie du Bouddhisme.

Lorsque j'ai quitté la Faculté de Psychologie, j'ai très vite intégré l'Institut d'Ethnologie. Ce fut une période passionnante où je me suis intéressé aux problèmes de la Mort : des phénomènes de hantises aux voix paranormales.

Mais c'est aussi la période où j'ai rencontré le Medicine-Man sioux lakota Archie Fire Lame Deer. Ce  fut le début d'une longue initiation aux rituels sioux, plus particulièrement à celui de la hutte de sudation, aussi appelé Inipi.

Le contact avec la spiritualité amérindienne d'Amérique du Nord m'a plus rapproché de la Nature. Le premier contact avec la Hutte de Sudation a été assez brutal. La première fois, j'ai cru que j'allais mourir ébouillanté [rires]. L'imagination et la panique nous font croire des choses incroyables. La Hutte de Sudation est une bonne école de vie.

Je porte un nom amérindien: Natchez. Un peuple amérindien du Mississipi décimé par les français au XVIIe siècle. C'est pourquoi Archie Fire Lame Deer m'a dit un jour que j'avais été choisi avant ma naissance pour aller dans cette voie : celle du chamanisme.

Séparateur

 

Liens :

Mon site sur mes publications et recherches sur l'anthropologie du cyberespace et des communautés virtuelles : www.nachez.info

Mon site concernant la transe, les états modifiés de conscience, l'ésotérisme et la paraspychologie : http://neo-cortex.net/

Mon site sur la Hutte de Sudation sioux lakota : https://hutte-de-sudation.nachez.fr/

Mon podcast sur les frontières de l'anthropologie : https://djpod.com/michelnachez

Ma chaîne Youtube : Youtube Michel Nachez